Sélectionner une page

Les faits se sont produits ce vendredi vers 6 h 30 à l’école La Pauline. La victime est une cantinière, touchée de plusieurs coups de couteau.

Trois personnes ont été agressées vendredi dans l’école élémentaire La Pauline, dans le 9e arrondissement de Marseille, après qu’un adolescent de 17 ans s’est introduit dans l’établissement vers 6 h 30. Une cantinière a d’abord été atteinte de plusieurs coups portés à l’arme blanche. Le pronostic vital de la victime, touchée à l’abdomen, n’est pas engagé, a précisé à l’Agence France-Presse le porte-parole de la direction départementale de la sécurité publique. En fuyant les lieux, l’agresseur a croisé une autre employée de l’école et lui a porté un coup de poing au visage. Il a ensuite frappé un passant dans la rue en prenant la fuite. Le jeune homme a finalement été interpellé avant d’être hospitalisé en psychiatrie, son état étant « incompatible avec la garde à vue ».

Lors d’un point presse, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, avait indiqué que l’assaillant « n’était pas connu au titre de la radicalisation » et « assez peu connu » de la police. Il avait toutefois appelé à « rester très prudent » sur ses motivations. Selon la cantinière blessée, « l’agresseur aurait proféré “Allahou Akbar”, dans le cadre de propos qui restent confus, mais cela reste à confirmer », a déclaré dans la matinée le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux, venu sur les lieux de l’attaque. « L’enquête a été confiée à la police judiciaire et je suis en contact avec le parquet antiterroriste, mais celui-ci n’est pas saisi à ce stade », a ajouté le magistrat. Présent à ses côtés, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin (LR), a lui parlé d’« un événement extrêmement gravissime ».

Le suspect était « très excité »

Présentée au départ comme un couteau, cette arme pourrait en fait être une paire de ciseaux, a précisé le procureur de Marseille : « Nous ignorons s’il s’agit d’un couteau ou d’une paire de ciseaux, mais deux lames de ciseaux ont été retrouvées dans un local à proximité des faits », a expliqué Xavier Tarabeux. Cette première victime a été atteinte au thorax, et non à l’abdomen, comme annoncé initialement, a également souligné le magistrat. Si le mineur interpellé a donné son identité, celle-ci reste à confirmer, a déclaré Xavier Tarabeux.

Le jeune homme suspecté d’avoir commis l’agression était torse nu et « très excité », a-t-on appris de source policière. Moins de deux heures après les faits, « un individu susceptible d’être l’auteur des faits a été interpellé », a précisé la police des Bouches-du-Rhône sur son compte Twitter, en confirmant qu’« un seul agresseur [est] à l’origine des faits ». Totalement bouclée pour permettre aux enquêteurs de travailler, l’école n’a pas accueilli les enfants vendredi matin, et une dizaine de parents discutaient encore devant l’établissement trois heures après les faits.

« De plus en plus d’agressions »

Des policiers municipaux seront présents devant l’école lundi pour l’entrée et la sortie des enfants, a précisé vendredi Jean-Claude Gaudin, en apportant tout son soutien au personnel municipal et aux enseignants qui travaillent dans cet établissement.

« Ce sont deux amies, elles habitent le quartier, elles connaissent tous les parents ici », a déclaré de son côté Alexandra Nicaise, élue CFTC au CHSCT de la ville de Marseille, affirmant qu’il y avait « de plus en plus d’agressions. Mais en même temps on ne peut pas mettre un policier devant l’entrée de chaque école  ! ».

Capture d’écran 2020 03 16 à 12.25.49

Une récente agression au couteau à Marseille

Samedi 24 août, dans le centre-ville de Marseille, un homme, Benoît L., avait attaqué au couteau plusieurs personnes. Les premiers éléments indiquaient qu’il s’agissait d’un individu relevant de la psychiatrie. Il avait finalement été interpellé par la police municipale et conduit à l’hôpital de la Timone. Parmi les victimes figurait un homme de 55 ans, blessé à l’arrière de l’oreille et à la tête. Deux autres personnes s’étaient également signalées, affirmant avoir été agressées au couteau, l’une à la carotide et l’autre à l’omoplate.