Sélectionner une page

Montigny : le braqueur et les téléphones retrouvés à La Courneuve

La boutique SFR de Montigny-lès-Cormeilles, boulevard Bordier, allait ouvrir ses portes au public quand le braqueur est passé à l’action.
Peu avant 10 heures, ce samedi, un homme, le visage dissimulé par une capuche et ganté, menace les employés avec une bombe lacrymogène. il les oblige à ouvrir le
magasin avant de s’emparer de 27 téléphones et de quitter les lieux à bord d’une Mercedes grise conduite par un complice qui l’attendait.
Un véhicule que les services de police n’ont pas tardé à retrouver grâce à la
géolocalisation des téléphones dérobés. C’est ainsi que le véhicule a été repéré en Seine­Saint-Denis, à La Courneuve, où les policiers locaux sont intervenus.
Ils ont interpellé le suspect et retrouvé les téléphones ainsi que la bombe lacrymogène dans la Mercedes. C􀁷lje-ci était par ailleurs volée et dotée de fausses plaques
d’immatriculation.
Agé de 26 ans, le malfaiteur a été placé en garde à vue. Il devait être jugé en comparution immédiate ce mardi soir, _Son complice, également interpellé, dont le rôle était limité, qui est âgé de 33 ans et habite Vauréal, va faire l’objet d’une ordonnance pénale.

Retour d’expérience suite au Braquage de notre magasin ESPACE SFR

Vol de mobiles en ESPACE SFR récupérés dans la demi-heure par la police grâce aux traceurs de la société GEGIP et son service BRACTRAKER. La société DIGAME dispose de magasins franchisés de la marque SFR, appelés “ESPACES SFR” qui ont fait l’objet de vols à mains armées de téléphones mobiles fin 2015 et en 2016. La sécurisation des marchandises et des personnes a donc été une priorité pour faire face à cette recrudescence de vols aggravés en bande et pour que la société puisse continuer son activité. Outre le renforcement de surveillance classiques de type vidéosurveillance, sécurisation des accès aux stocks, systèmes de détections et d’alarmes, il a été nécessaire pour des raisons essentielles de limitation des coûts vis à vis des assureurs de trouver un autre moyen de sécurisation des biens permettant de récupérer autant que possible le matériel volé. La mise en place de traceurs de la société GEGIP a été effectuée sur le site de Montigny les Cormeilles suite au 3ème braquage dont ce magasin a fait l’objet. Il a été évident dès le début de la mise en place de ce matériel que l’utilisation de celui-ci devait être accompagnée d’une procédure d’escalade d’alerte parfaitement préparée afin de permettre une opération de police efficace. La mise en place de ce processus d’escalade a été fait en coordination avec le capitaine DURAND de la PJ de Versailles, en charge des affaires précitées, pour ce qui concerne les conseils de processus d’alerte des employés du magasin, mais aussi et surtout, pour l’interface entre la société GEGIP Bractraker et les services de police. Il convient de réviser régulièrement la fiche d’escalade pour y corriger tout changement. C’est lors du vol de mobiles qui s’est déroulé à Montigny Les Cormeilles le samedi 6 mai 2017 que le système de suivi des traceurs a été utilisé pour la 1ère fois en situation réelle. Le processus d’alerte et de confirmation de sortie du matériel suite au braquage a été exécuté dans les 2 minutes ayant suivi le départ du voleur avec le sac d’une trentaine de mobiles contenant les traceurs. Ce délai doit être le plus court possible et conditionne fortement la bonne exécution de la suite des opérations. Egalement, dans la chaîne d’escalade et d’information avec la surveillance des traceurs assurés par la société GEGIP, les échanges téléphoniques ont été brefs et concis ; permettant ainsi d’accroitre l’efficacité des opérations. Dès l’alerte confirmée auprès de la société GEGIP, les traceurs ont été suivis par leurs équipes et leurs positions communiquées en temps réel auprès des contacts de police presque immédiatement disponible. Tout particulièrement le Cne DURAND qui a assuré la coordination des opérations ayant permis l’arrestation des individus et de récupérer les matériels, et ce, à peine dans la demi-heure ayant suivi le vol. Lors du debrief de l’opération que j’ai pu faire que ce soit avec le Cne Durand mais aussi auprès de Monsieur Amsellem de la société GEGIP, nous avons tous eu la satisfaction de la bonne exécution des opérations qui avaient été préparées, selon un cas d’école… et je dois dire que le cas d’école s’est produit.

Bien évidemment et surtout, il convient de remercier et féliciter les équipes de police pour leur réactivité, mais aussi pour avoir pu assurer la coordination d’équipes entre les divers départements traversés par les voleurs, puisque l’arrestation a été effectuée dans le 93, pour un vol commis dans le 95. Il convient aussi de constater le professionnalisme des équipes de surveillance de la société GEGIP qui doivent assurer la gestion de l’alerte, la communication entre les opérationnels, mais aussi le retour d’information auprès du client. En conclusion, ce système de traçage et de géosurveillance a parfaitement fonctionné puisque les mobiles volés ont été retrouvés dans la demi-heure et les individus pris sur le fait. Si la sécurisation de la marchandise a été totale, il convient aussi de dire que ce système a permis de renforcer la sécurisation du personnel du magasin par la mise en place de consignes claires qui assurent un traitement hors site de l’évènement.

Olivier Abadie
Société DIGAME