Sélectionner une page

Vidéoprotection : les communes peuvent désormais mutualiser leurs moyens

vidéoprotection image

La loi sécurité globale du 25 mai 2021 doit permettre, avec l’entrée en application de son article 42, de développer la vidéoprotection urbaine mutualisé. Ainsi, des communes qui, jusqu’à présent ne disposaient pas de budgets suffisants pour installer et maintenir ces dispositifs, vont pouvoir offrir à leurs administrés, un niveau de sécurité renforcé.

De nombreuses communes, petites ou moyennes, manquent de moyen pour mettre en œuvre un système de vidéoprotection visible en temps réel. Souvent, elles s’équipent de caméras mais la vision des images s’effectue après coup, en cas de problème.

La loi sécurité globale introduit un nouveau cadre juridique pour la vidéoprotection publique. En effet, l’article 42 stipule notamment que « lorsqu’un syndicat mixte […] est composé exclusivement de communes et d’établissements publics de coopération intercommunale qui exercent la compétence relative aux dispositifs locaux de prévention de la délinquance, il peut décider, sous réserve de leur accord et de celui de la commune d’implantation, […] d’installer et d’entretenir des dispositifs de vidéoprotection. »

Permettre une continuité temporelle et géographique

Certaines communes, déjà équipées, ont du mal à assurer une surveillance 24h/24. Un dispositif mutualisé peut permettre d’assurer une continuité d’astreinte opérationnelle. Mais pas seulement … La mutualisation des moyens et le regroupement des datas offrent à la Police et la Gendarmerie la possibilité de tracer, en un seul lieu, un malfaiteur sur plusieurs communes et favoriser ainsi son arrestation.

Une vision à 360°
de vos besoins de sécurité

Si l’innovation jalonne depuis toujours le développement du Groupe, c’est parce que GEGIP a à cœur d’offrir la meilleure expérience à ses clients et répondre aux besoins spécifiques de chacun d’entre eux, publics et privés. Acteur responsable et engagé, GEGIP développe chaque jour une démarche éthique intransigeante, donne la priorité aux règles de bonnes pratiques des affaires, encourage une concurrence saine et loyale, respecte les règles d’activité et entretient un dialogue permanent avec ses parties prenantes.